En Belgique aussi...

Les victimes belges seront moins indemnisées

16 novembre 2008

Les victimes pas égales face à la loi ?!


Les victimes belges de Michel Fourniret ne recevront pas les indemnités prévues par la cour dassises de Charleville-Mézières car la législation en matière dindemnisation des victimes nest pas la même en Belgique et en France, a annoncé RTL-TVI dans son JT de 19 heures.

En Belgique, contrairement à la France, les proches des victimes ayant survécu ne peuvent pas obtenir dindemnités. De plus, les indemnités aux victimes sont plafonnées pour tout le monde à 62.000 euros. Dans le cas de Joëlle Parfondry, qui a subi une tentative de viol de Michel Fourniret en 1995 près de Namur et qui avait survécu en prétextant être enceinte, la cour française avait exigé 140.000 euros didemnisation.

62.000 euros maximum


Cependant, le fonds belge dindemnisation des victimes ne pourra lui en donner que maximum 62.000 euros. Quant à ses enfants et son mari, pour lesquels la cour avait également prévu une indemnisation, ils nont droit à rien en Belgique. Les victimes belges de Fourniret qui pensaient pouvoir tourner la page vont devoir prouver quelles ont bel et bien subi des dommages moraux, dossier à lappui, car pour le fonds dindemnisation belge des victimes, le verdict de la cour dassises française ne suffit pas.

Au-delà, se pose aussi la question de la différence de traitement entre victimes belges et françaises, relève RTL-TVI. Les parties civiles belges ont donc mandaté une avocate pour obtenir leurs indemnisations. Me Isabelle de Moffarts souhaite quégalement pour lindemnisation des parties civiles, on tienne compte du caractère extraordinaire du dossier et quon trouve un système créatif qui permette de dépasser les différences de législations nationales pour offrir à toutes les parties civiles de ce procès un traitement équivalent.

100.000 euros pour Joëlle Parfondry


Les parents, frères ou soeurs des sept jeunes filles tuées par Fourniret, ses victimes ayant survécu et leurs proches sétaient vu attribuer des indemnités pour le préjudice moral subi. Les magistrats de la cour avaient attribué en général 75.000 euros pour chaque père ou mère de victime décédée, 50.000 euros pour les frères ou soeurs, et entre 7.500 et 40.000 euros, toujours au titre du préjudice moral, en fonction de la gravité des séquelles pour les trois jeunes filles ayant réchappé à Fourniret.

Joëlle Parfondry, devait, pour sa part, également recevoir 100.000 euros au titre de lIPP (incapacité permanente partielle). Les débats avaient, en effet, montré quelle avait subi un choc gravissime. (belga/7/7)

Réagir à cet article sur le forum




Menacée de mort par un pédophile récidiviste

18 octobre 2008

La cour dappel de Liège a examiné ce mardi le dossier de Nicolas Servais, un Liégeois de 25 ans condamné en première instance à 20 ans de prison pour le viol dune fillette de 7 ans. A laudience, lavocate des parties civiles a montré une lettre la menaçant de mort.



Les faits se sont produits le 13 octobre 2007. Une fillette de 7 ans, qui se trouvait dans un manège à Cheratte, a été abordée par le jeune homme qui la entraînée de force dans un bois, la violée puis lui a administré des coups avec un os avant de létrangler pour la laisser pour morte.
Revenant à elle, la gamine avait rejoint le manège, ensanglantée. Là, loncle de lauteur avait fait le lien entre son neveu, récidiviste, et les faits. Il sétait rendu au domicile de Nicolas Servais qui avait déclaré je vais en prendre pour 20 ans, elle est morte.

Le tribunal correctionnel a en effet condamné lauteur, qui a minimisé les faits en apprenant que la fillette avait survécu, à 20 années de prison et à une mise à disposition du gouvernement pendant 10 ans. Mais le jeune homme a interjeté appel et le dossier a été réexaminé mardi par la 8e chambre de la cour. Lavocate de la famille de la victime, Me Lucrèce Henrard, a montré à la cour une lettre de menaces déposée dans sa boîte aux lettres après le jugement. Il sagissait dun courrier à len-tête de la rubrique nécrologique dun quotidien, mentionnant « Lucrèce Borgia, lempoisonneuse, voilà ce qui va vous arriver ».

Loncle qui est intervenu le jour des faits a pour sa part été menacé par les grands-parents de lauteur.
A laudience, le parquet général a demandé une majoration de la peine, pour le principe. Lauteur, dont lavocat a montré une lettre recopiée adressée aux victimes, a pour sa part réclamé un petit rabiot.

La cour rendra son arrêt dans un mois. (rtl)


Réagir à cet article sur le forum


10 ans de prison

01 octobre 2008

10 ans pour un père incestueux.


Le tribunal correctionnel de Furnes a condamné mercredi un père de famille de 44 ans à 10 ans de prison pour avoir abusé des années durant de ses propres enfants, de ses beaux-enfants et dun enfant adoptif.

Lhomme, originaire dOostduinkerke, a commencé à abuser quotidiennement ses trois garçons alors quils étaient âgés de 8, 9 et 11 ans, il y a une dizaine dannées. Il a abusé de son enfant adoptif dès ses 12 ans.

La société doit être protégée contre ce pervers quaucune thérapie ne peut aider, qui na aucun sentiment de culpabilité ni sens de la norme. Le risque de récidive est plus que probable, a indiqué le tribunal, qui lui a infligé la peine maximale de 10 ans demprisonnement.

Le prévenu a également été mis à la disposition du gouvernement pour une période de 10 ans et déchu de ses droits pour 5 ans. (belga/7sur7)


Réagir à cet article sur le forum

Trois ans de prison pour viol

30 août 2008

Trois ans de prison pour le viol de sa voisine de 11 ans.


Le tribunal correctionnel dAnvers a condamné vendredi Chalid I., âgé de 31 ans, à trois ans et un jour de prison pour avoir violé plus tôt dans lannée sa voisine de 11 ans.

Lenfant était allée jouer dans le parc le 1er juin dernier. A son retour, ses parents nétaient plus à leur domicile. Comme dhabitude, elle était alors allée frapper à la porte de son voisin Chalid I., qui lavait accueillie. Après lui avoir offert à boire, il avait commencé à tripoter la fillette avant de la violer.

Elle a tout raconté à ses parents qui ont immédiatement prévenu la police. Le ministère public avait exigé 5 ans demprisonnement. Laccusé avait exprimé ses regrets devant le tribunal et présenté ses excuses à la famille de la victime. Les parents ont reçu un euro à titre de dédommagement moral. (belga)



Réagir à cet article sur le forum

Recherche dun présumé pédophile

18 juillet 2008

A la recherche dun homme qui prenait en cachette des photos de filles qui jouaient.


BORNEM- La police de la zone de Klein-Brabant a ouvert une enquête à la recherche dun homme qui prenait des photos dans le parc sportif et récréatif de Breeven. Mardi après-midi dans le parc des personnes ont remarqué que cet homme prenait des photos de filles en train de jouer.

Lhomme a pris la fuite après sêtre aperçu quil a été surpris en flagrant délit. De la personne en question est seulement connu quil a environ 30 ans et quil est de corpulence forte. (AM)


Réagir à cet article sur le forum

Il abuse 6 enfants dont le copain de sa fille et son petit frère

17 juillet 2008

Un habitant de Colfontaine, né en 1957, a été condamné, lundi, par le tribunal correctionnel de Mons, à dix ans de prison et une mise à disposition du gouvernement dune durée de cinq ans,pour des faits dattentat à la pudeur et de viol commis sur six jeunes garçons entre 2002 et 2008.


Lhomme avait deux dossiers à sa charge. Le premier concernait des faits dattentat à la pudeur perpétrés, entre août 2006 et mars 2007, sur les trois petits enfants de sa compagne, alors âgés de 10, 12 et 13 ans. A lépoque, il avait été présenté à un juge dinstruction, puis relaxé sous conditions. La seconde affaire impliquait lex-petit copain de sa fille, avec qui il a eu des relations sexuelles de 2002 à 2008, soit entre ses 12 et ses 18 ans, au départ moyennant paiement. Il sen est ensuite servi pour attirer son petit frère de 7 ans et un autre garçon de 8 ans. La première victime a par après elle-même participé à un viol commis sur cet enfant et a été placée en institution, où elle restera jusquà ses 20 ans. (rtl)

Réagir à cet article sur le forum

Vingt ans de prison pour le viol dune fillette

16 juillet 2008

Le violeur dune fillette de 6 ans, Nicolas Servais, un Liégeois de 24 ans, a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 20 ans de prison et à une mise à disposition du gouvernement pour une durée de 10 ans.


Lhomme avait tenté détrangler sa victime et lavait laissée pour morte.

La peine prononcée par le tribunal correctionnel de Liège est la peine maximale pouvant être prononcée pour ce type de faits de viol avec enlèvement contre un prévenu récidiviste. Le prévenu avait été condamné une première fois pour des vols avec violence. Peu de temps après sa sortie de prison, à la mi-octobre 2007, il sétait rendu dans un manège où se sont déroulés les faits. Au cours dune même journée, il avait dabord commis un attouchement sur une fillette de 10 ans, glissant sa main dans ses sous-vêtements en laidant à grimper sur un cheval. Plus tard dans la journée, il sétait ensuite attaqué à une fillette de 6 ans. Alors que la victime se trouvait isolée dans un box, il lavait obligée à le suivre dans un bois, lavait frappée de manière violente pour lassommer et lavait violée. Après avoir constaté que la victime bougeait encore, il lavait alors étranglée. Lenfant avait perdu connaissance.

Lhomme avait quitté les lieux pensant que la fillette était morte. Celle-ci avait survécu et était parvenue à se rhabiller et à alerter les secours. De son côté, le prévenu avait pris la fuite, sétait lavé et avait fait disparaître ses vêtements. Le prévenu répondait initialement dune tentative de meurtre. Mais le tribunal na pas pu établir le caractère létal des blessures et a qualifié les faits de coups et blessures ayant entraîné une incapacité. Le tribunal a relevé, en plus de lextrême gravité des faits, que le prévenu fonctionne sur un mode antisocial et de mépris. Aucune forme damendement possible na été décelée chez lui. (belga/7sur7)


Réagir à cet article sur le forum

Quatre ans fermes pour des viols sur sa nièce de 12 ans

15 juillet 2008

le prévenu a dénigré la plaignante, la qualifiant de provocatrice.


Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné lundi Mustapha O., un Bruxellois de 31 ans, à 5 ans de prison dont un avec sursis. Le prévenu a été reconnu coupable de nombreux viols commis sur sa nièce, en Belgique et dans son pays dorigine, le Maroc, entre le 12 avril 2004 et le 29 juin 2007. Lenfant était âgée de 12 ans au moment des premiers abus. Durant toute linstruction, lintéressé avait nié les faits. Ce nest quaprès le témoignage de la victime devant le tribunal, quil a reconnu certains abus graves mais en tentant de minimiser leur portée et leur durée. Lanalyse génétique sétait par ailleurs révélée accablante, selon le tribunal, qui rappelle que le prévenu a dénigré la plaignante, la qualifiant de provocatrice. Quant à la lettre daveux de Mustapha O., écrite au juge dinstruction le 4 avril dernier, elle ne précise pas la nature des abus et constitue avant tout une demande daide psychologique pour lui-même, a estimé le tribunal. Bref, ses aveux partiels étaient, pour lui, une manière de négocier un meilleur traitement et de préparer une stratégie de défense cohérente, reposant notamment sur son prétendu processus de reconstruction psychologique. Les juges ny ont cru que très partiellement puisquun cinquième de la peine, seulement, est couvert par un sursis probatoire.

Mustapha O. devra verser 26.100 euros à la victime et à ses parents. (belga)


Réagir à cet article sur le forum

Il espionnait les enfants sortant de la douche

11 juillet 2008

les pédophiles peuvent désormais pénétrer les ordinateurs, en activer les caméras et les manipuler à leur guise.


Si vous possédez une webcam munie dun couvercle qui peut recouvrir lœil de la caméra, par précaution, refermez ce couvercle lorsque vous nutilisez pas la webcam, a mis en garde le commissaire Bounameau de la Federal Computer Crime Unit (FCCU) de la police fédérale. Car les pédophiles peuvent désormais pénétrer les ordinateurs, en activer les caméras et les manipuler à leur guise, indique ce mercredi La Dernière Heure.

Il espionnait les enfants sortant de la douche


Aucun cas na encore été signalé en Belgique. Aux Pays-Bas, un pédophile interpellé au mois de juin, sest servi dun cheval de Troie (sorte de virus appelé trojan) pour pénétrer les ordinateurs de dix enfants âgés entre 11 et 15 ans et manipuler à sa guise les webcams installées sur les ordinateurs de ces enfants. Lhomme espionnait notamment les enfants lorsquils sortaient de leur douche ou lorsquils dormaient.

Antivirus


Autre façon de se prémunir : éviter douvrir tout e-mail suspect. Car ces trojans sont en fait des morceaux de code, de programme donc, qui ont besoin dêtre installés sur un ordinateur avant dêtre opérationnels. Cette installation est le plus souvent invisible, mais activée par louverture dun e-mail. Disposer dun bon antivirus est donc également une bonne forme de protection.(rtl)


Réagir à cet article sur le forum

Un sexagénaire pédophile.

10 juillet 2008

Six ans de prison ferme 52.000 euros de dommages et intérêts...


Le tribunal correctionnel de Bruges a condamné mercredi un sexagénaire de Knokke-Heist, Alfons M., à six ans de prison ferme pour attentats à la pudeur et viols de mineures commis entre 2004 et février 2008. Lhomme a également été déchu de ses droits civils pour une période de cinq ans. Il doit en outre payer des dommages et intérêts de 52.500 euros aux parties civiles.

Les victimes du pédophile sont des enfants qui passaient régulièrement chez lui, notamment pour sortir le chien. Le sexagénaire visionnait des films pornographiques avec les enfants et se faisait masser. Pour sassurer de leur silence, il leur donnait 5 euros. Le tribunal a condamné lhomme pour viol de deux enfants et attentat à la pudeur de sept autres. Lhomme, qui comparaissait détenu, reste derrière les barreaux. (rtl)


Réagir à cet article sur le forum

35 ans de prison !

30 juin 2008

Benoît Dewilde condamné à 35 ans de prison.


Benoît Dewilde, 22 ans, a été condamnée vendredi à une peine de 35 ans de prison par la Cour dassises de Liège, décentralisée à Verviers. Plus tôt dans la journée, il avait été reconnu coupable de tentative dassassinat, denlèvement, de viol, dattentats à la pudeur, de coups sur un enfant de 9 ans au moment des faits. Laccusé a aussi été condamné pour détention de matériel pédo-pornographique.

Après le verdict de culpabilité des jurés de la Cour dassises, lavocat général Damien Leboutte avait requis une peine de 35 ans de prison avec, en plus, 10 ans de mise à disposition du gouvernement. Le ministère public avait souligné le fait que laccusé navait fait preuve daucune sincérité, même pas dans ses aveux, quil était froid, calculateur, manipulateur et surtout quil navait laissé aucune circonstances atténuantes à sa victime. «Dès lors, Monsieur Dewilde, vous nen méritez pas non plus », avait-il conclu.

La défense, Me Luc Balaes, avait surtout plaidé pour que la mise à disposition du gouvernement ne soit pas retenue. Il avait aussi sollicité une peine inférieure à celle requise par lavocat général en soulevant de nombreuses circonstances atténuantes en faveur de son client. Lavocat a réclamé quil soit tenu compte de son jeune âge, des regrets de son client envers la victime et sa famille, son absence dantécédents judiciaires ainsi que sa capacité de réinsertion par le travail. Me Balaes a ausssi souligné que son client avait déjà entamé une thérapie pour comprendre ce qui lui était arrivé. Les faits sétaient déroulés le14 juillet 2006 à Verviers. Le Disonais avait emmené, en balade, lenfant dune amie pour assouvir ses penchants pervers. Sarrêtant durant la promenade en voiture, il avait violé sa victime. Lenfant déclarant quil allait en parler à sa mère, Benoît Dewilde lavait alors frappé puis étranglé. Le pensant mort, il avait ensuite mis le corps dans la voiture avant de sarrêter sur un petit chemin du côté de Jalhay.

Retiré du coffre, lenfant avait alors réagi en mettant son bras autour du cou du Disonais, qui surpris, avait lâché lenfant avant de le frapper à trois reprises avec une pierre au niveau du crâne. Il avait abandonné le corps à cet endroit. Le lendemain, deux promeneurs découvraient lenfant dans un état critique. (RTLinfo)


Réagir à cet article sur le forum

Procès Dewilde

26 juin 2008

Les experts témoignent.


La cour dassises de Liège, décentralisée à Verviers, a entendu jeudi les derniers témoins de moralité et les experts qui ont estimé que Benoît Dewilde (22 ans), accusé de tentative dassassinat, denlèvement, de viol, dattentat à la pudeur et de coups sur un enfant de 9 ans, le 14 juillet 2006, était capable de manipuler son entourage. Le psychologue, Daniel Ruchenne, a dressé le portrait dun accusé anxieux, présentant un profil psychopathologique, une introversion sociale élevée et des risques non négligeables voire élevés de récidive. La loi de défense sociale ne peut lui être appliquée. Concernant le développement de la personnalité, lexpert a expliqué que labsence de balises données par un père a joué. La présence masculine est importante lors des premières années de vie mais aussi à ladolescence, moment où il a tenté de renouer des liens. Il a une haine féroce envers son père biologique.

Dans une lettre quil lui a été adressée, Benoît Dewilde lui explique quil le voit le tuer et le vider comme un poisson. Et il ajoute quécrire le calme, lui permet de ne pas passer à lacte, a-t-il expliqué. Ce fond de violence en lui est, pour les experts, très difficile à soigner. Il ny a pas de pathologie et donc aucun traitement adapté. Un psychopathe ne modifie pas sa personnalité, a expliqué lexpert psychiatre Philippe Schouteden. Me Balaes, qui défend les intérêts de laccusé, a souligné que celui-ci avait déjà participé à trois longs modules destinés aux délinquants sexuels durant ses deux années dincarcération. Daniel Ruchenne a aussi rappelé que lun des états secondaires de la prise de cannabis se manifeste par de la violence et de lagressivité. Si laccusé pense quil ny a pas de lien entre la violence exercée le jour des faits et la prise de substances stupéfiantes, il admet quil navait pas lentier contrôle de lui.

Lexpert psychologue a aussi évoqué la victime avec Benoît Dewilde. Ce dernier est empreint de remords, de culpabilité et de repentir, et a une intense compassion pour lenfant. Il se dit perturbé, chamboulé par les actes commis et comprend que le père de lenfant veuille intenter à ses jours. Concernant sa sexualité, les experts le considèrent comme bisexuel mais il apparaît que sa relation homosexuelle lui a procuré un sentiment dapaisement durant trois semaines. Durant cette période, il nécrivait plus de scénarios sur son ordinateur.

Sur interpellation des parties civiles, les experts ont laissé sous-entendre que laccusé était capable de manipuler son entourage, tempérant tout de même ce jugement en admettant que Benoît Dewilde nest pas un psychopathe pur. Et cette ambivalence de comportements se retrouve aussi dans les derniers témoignages livrés par les amis, les proches, les voisins.

Je nen reviens toujours pas. Pour moi, Benoît est quelquun de bien si je mefforce doublier ce quil a fait. Cest la dernière personne à qui on pourrait penser pour ce genre de chose, a déclaré un voisin à laudience. Un de ses amis, en évoquant les bêtises dadolescent de laccusé, a souligné quil avait tendance à très vite regretter ce quil avait fait de mal. Un autre copain a déclaré quaprès le braquage du pakistanais, il avait compris quil était capable de péter les plombs à tout moment et quil recommencerait. Laudience a repris à 14 heures avec la plaidoirie des parties civile, qui sera suivie du réquisitoire de lavocat général et des plaidoiries de la défense. (rtlinfo)


Réagir à cet article sur le forum

Procès Benoît Dewilde

19 juin 2008

Il viole un enfant de 9 ans et labandonne attaché dans un bois .


La cour dassises de Liège, décentralisée à Verviers, entamera lundi le procès de Benoît Dewilde, un Disonais de 22 ans accusé davoir enlevé, frappé, violé et tenté dassassiner un enfant de 9 ans habitant la région verviétoise. Les faits se sont déroulés le vendredi 14 juillet 2006 à Jalhay, près de Verviers. Ce soir-là, le garçon a demandé à sa maman sil pouvait faire un tour en voiture avec Benoît Dewilde, un ami de la famille. La maman a accepté, demandant au Disonais de ramener lenfant pour 20h30.

Ne le voyant toujours pas rentré à 22h, elle a appelé laccusé sur son GSM. Dewilde explique alors quil a déposé lenfant non loin de la maison. La police est avertie de la disparition à 22h32. La cellule disparition de la police fédérale ainsi que Child Focus sont rapidement arrivés sur place. Le dispositif policier est important. Parmi les hypothèses de travail émises par la cellule de recherche, la possibilité denlèvement par un proche de la famille est évoquée. Dewilde est suspecté. Le lendemain peu avant 15h30, la police de la zone Fagnes reçoit un appel dun couple de promeneurs. Le jeune garçon a été découvert à Jalhay, en bordure dune petite route forestière. Il est baîllonné, grièvement blessé à la tête et en état de choc. Le médecin, qui examinera lenfant, soulignera quil luttait contre la mort.

Au moment de la découverte, les enquêteurs de la police fédérale ont vérifié lemploi du temps donné par Benoît Dewilde lors de sa deuxième audition. Un battement dune heure apparaît. Le Disonais ne pouvant donner aucune explication, une perquisition est menée à son domicile. Des indices y sont retrouvés. Réentendu sur le coup de 17h, le suspect passe partiellement aux aveux. Il est placé sous mandat darrêt du chef denlèvement dun mineur de moins de douze ans, dattentat à la pudeur avec violence ou menaces sur un mineur de moins de seize ans et de tentative de meurtre.

Le 1er août 2006, Benoît Dewilde fait des déclarations complémentaires. Il reconnaît une fellation et avoue avoir voulu tuer lenfant. Linculpation est alors modifiée: tentative dassassinat et viol sur mineur de moins de 10 ans. Il est également poursuivi pour détention de matériel pédo-pornographique. Dewilde est incarcéré depuis le 15 juillet 2006. Son procès devrait durer cinq jours et souvrira lundi à 9h devant la cour dassises de Liège, décentralisée à Verviers et présidée par Philippe Gorlé. Lavocat général, Damien Leboutte, soutiendra laccusation.(rtlinfo)



Réagir à cet article sur le forum

6 ans de prison ferme

17 juin 2008

Six ans de prison ferme pour un pédophile carolo.


Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné ce lundi à six ans de prison ferme A. B., 60 ans, de Charleroi, poursuivi pour des faits de pédophilie dont avaient été victimes au moins quatre enfants de son proche entourage.

Les victimes avaient entre 5 et 10 ans, et il leur avait proposé des vidéos pornographiques avant de se livrer avec eux à des actes dattentat à la pudeur et de viol. Les faits étaient encore aggravés parce quil avait autorité sur ces jeunes victimes. Le prévenu sétait déjà rendu coupable de faits identiques dans le passé.

Dans ses attendus, le tribunal a notamment souligné labsence dimpact dune prise en charge sur le caractère maladif de la déviance du prévenu, le rendant socialement dangereux. (belga)



Réagir à cet article sur le forum

2 ans avec sursis

12 juin 2008

Deux ans avec sursis pour lépouse dun pédophile.


La cour dappel dAnvers a condamné jeudi une mère daccueil pour non-assistance à personne en danger à 2 ans de prison avec sursis, confirmant ainsi la peine infligée en première instance. Elle a été reconnue coupable de navoir rien tenté pour empêcher son mari dabuser des enfants dont elle avait la garde ainsi que de ses propres filles.

De 1999 à 2006, son conjoint a abusé dune vingtaine denfants, dont ses propres filles jumelles. Sa femme a assuré ne pas être au courant de ce qui se passait, mais la cour ne la pas crue. Plusieurs personnes lui avaient déjà signalé le comportement de son mari et son goût pour la pédopornographie.

Malgré tous ces signaux, elle a laissé à de nombreuses reprises des enfants seuls avec lui. Elle était au courant de la situation extrêmement dangereuse dans laquelle les enfants se trouvaient, mais elle na rien tenté. En raison de son comportement lâche, les enfants ont subi de graves traumatismes et ont perdu toute la confiance quils avaient dans les parents, a expliqué la cour.

La mère daccueil fera lobjet dun suivi psychosocial et ne pourra plus travailler pour un service dassistance ou de soins. Elle et son mari devront en outre payer des dommages et intérêts aux victimes et à leurs parents. Le pédophile, condamné à 10 ans de prison en première instance, na pas interjeté appel. A la fin de sa peine, il sera mis à la disposition du gouvernement pour une durée de 10 ans. (belga/7sur7)

La réclusion à perpétuité pour Ait Oud!

11 juin 2008

Je suis innocent, je suis innocent bordel de merde ; je nai rien fait, a hurlé encore une fois laccusé après lannonce du verdict de culpabilité.


Après 13 jours daudience, la cour dassises de Liège a condamné Abdallah Ait Oud, un soudeur marocain de 40 ans, à la réclusion à perpétuité ainsi quà la mise à disposition du gouvernement pendant 10 ans à lissue de sa peine, pour lassassinat, le viol, les attentats à la pudeur et lenlèvement de Nathalie Lemmens et de Stacy Mahy. La justice a ainsi appliqué pratiquement la peine maximum à celui qui, pendant 13 jours, comme il lavait déjà fait pendant les deux années denquête, a nié toute participation aux faits.
Je suis innocent, je suis innocent bordel de merde ; je nai rien fait, a hurlé encore une fois laccusé après lannonce du verdict de culpabilité. Mais la peine est tombée et, à moins dun éventuel pourvoi en cassation, il est probable quAbdallah Ait Oud terminera sa vie derrière les barreaux.

Il est vrai que lhomme, au passé judiciaire important, notamment pour faits de moeurs, avait tout du coupable idéal. Mais ce nest pas parce quil est capable quil est coupable, a remarqué Me Poiré, plaidant le bénéfice du doute. Le doute, si faible puisse-t-il être, était cependant présent au début de cette session dassises. Personne na vu formellement Abdallah Ait Oud en compagnie des fillettes, personne ne la vu sur les lieux exacts des méfaits. Dans la salle daudience, la boîte vitrée recelant habituellement les pièces à conviction est dailleurs restée vide. Le procès a débuté doucement. Les premiers témoignages, souvent flous, imprécis voire orientés, nont guère apporté déléments neufs.

Des adolescents se sont souvenus avoir rencontré laccusé le soir des faits, le 9 juin 2006. Ils ont expliqué que lhomme leur avait proposé daller voir des tortues. Il ne sen rappelle plus, plaidera la défense, évoquant lalcool, la drogue et les médicaments. Mais la deuxième semaine de procès a marqué un tournant. Les experts ont expliqué comment des fibres des vêtements des fillettes se sont retrouvées sur ceux de laccusé ; comment des fibres de la couette de laccusé ont été découvertes sur les habits des enfants. Les experts ont écarté le caractère fortuit de ces tranferts. Dautres experts, spécialisés en botanique et en chimie, ont pour leur part révélé la présence de végétaux très spécifiques, semblables à ceux des lieux de la découverte des corps des enfants, sur les vêtements de laccusé et dans le siphon de son évier. Plus tard, des spécialistes de lINCC ont expliqué que trois cheveux de Stacy, arrachés, avaient été découverts dans le pantalon de laccusé.

Abdallah Ait Oud se trouvait à proximité des fillettes le soir de leur disparition. Lui-même a un trou de plus de 24H dans son emploi du temps. Un témoin dit lavoir vu errer près de la rue Vivegnis quand les corps ont été cachés dans le dévidoir. Même sans preuve -il nappartient dailleurs pas aux jurés de la cour dassises de se prononcer sur base de preuves- ces éléments sont, pour le parquet général et les parties civiles, suffisant pour forger une intime conviction ; une conviction de culpabilité. Les parents des fillettes ont assisté à presque toutes les audiences. Avec grande dignité pour la plupart. Assis à lécart, Thierry Lemmens est resté discret, le plus souvent immobile, gardant un visage figé. Très abattu, Didier Mahy a pour sa part craqué à plusieurs reprises. Omniprésente, Catherine Dizier, a quant à elle défié laccusé à plusieurs reprises. En paroles tout dabord, lors de son audition, quand elle la sommé de dire la vérité ; en geste ensuite en brandissant une photo des fillettes face à lui en le fixant droit dans les yeux.

Lun des moments forts de ce procès a sans conteste été la visite des lieux. En compagnie des parties civiles et de laccusé, les jurés, les avocats et la cour ont refait le trajet de lassassin, depuis le café Les Armuriers jusquaux voies de chemin de fer, où les corps des fillettes ont été découverts. Presque deux ans jour pour jour après la disparition des enfants, les familles ont pu soulever la plaque métallique qui cachait le corps de Nathalie.
Condamné à perpétuité, Abdallah Ait Oud est libérale dans 8 ans. La défense dispose dun délai de 15 jours pour introduire un pourvoi en cassation. Larrêt, qui a réjoui et soulagé les familles, ne sera définitif quaprès ce délai.(rtl)


Réagir à cet article sur le forum

Reconnu coupable de lassassinat de deux fillettes

10 juin 2008

Abdallah Aït Oud risque la détention criminelle à perpétuité


Les jurés de la cour dassises de Liège (est de la Belgique) ont reconnu mardi un homme de 40 ans, Abdallah Aït Oud, coupable de lassassinat et du viol des petites Stacy Lemmens et Nathalie Mahy, deux ans jour pour jour après la disparition des fillettes.
Les 12 membres du jury populaire sétaient retirés pour délibérer en début daprès-midi, après deux semaines dun procès qui a replongé la Belgique dans lhorreur de la pédophilie et des meurtres denfants, dix ans après laffaire Dutroux.
Après un réquisitoire et une plaidoirie de la défense, les jurés, accompagnés cette fois du président de la chambre et de ses deux assesseurs, procéderont mercredi à une nouvelle délibération pour déterminer la peine, a indiqué le parquet de Liège.
Abdallah Aït Oud risque la détention criminelle à perpétuité.
Stacy Lemmens, 7 ans, et Nathalie Mahy, 10 ans, avaient disparu à lissue dune braderie dans un quartier populaire de Liège, dans la nuit du 9 au 10 juin 2006.
A lannonce de la sentence, lhomme sest écroulé dans son box. Laudience a du être suspendue quelques minutes avant quun médecin présent dans la salle certifie que laccusé était apte à revenir à laudience pour terminer la lecture des réponses aux questions.
Je suis innocent, je suis innocent bordel de merde, je nai rien fait a-t-il hurlé à la fin du verdict en se débattant alors quil était raccompagné en cellule par les policiers.
Le jury se prononcera sur la peine lors de laudience de demain qui débutera à 9h. (AFP)


Réagir à cet article sur le forum

La défense plaide lacquittement.

10 juin 2008

La défense demande lacquittemnt.


Au cours de sa plaidoirie devant la Cour dassises de Liège, la défense dAbdallah Ait Oud a réclamé lacquittement de son client. Me Olivier Martins a tenté de démonter les certitudes qui ont été présentées au dossier, évoquant des versions à géométrie variable et des éléments systématiquement présentés à charge. Lavocat a soutenu que le dossier avait été traité depuis le début de son instruction à la manière du sensationnalisme.

Vous devrez être courageux pour rendre la justice, ne pas avoir peur et répondre non à toutes les questions, a lancé Me Martins aux jurés. Tout pèse sur Ait Oud mais ce ne sont que des mensonges. Toutes les expertises ont été défavorables mais il y a de nombreuses contrevérités dans le dossier. Abdallah Ait Oud avait pourtant droit à un procès équitable. Mais personne, à part lui qui sait ce quil a fait ou na pas fait, ne connaît la vérité.

Demi débile


Lavocat de laccusé a remis en cause le fait que son client soit traduit devant une Cour dassises. Il a précisé que, pour des faits similaires, les experts avaient jugé plusieurs années plus tôt quil devait être interné. Mais dans le cas présent, cest de manière délibérée que la Justice aurait voulu éviter un internement. On lui a donné un QI de 113 alors quil sagit dun demi débile, a précisé lavocat. Pourquoi? Parce quon ne voulait pas priver les victimes dun procès devant la Cour dassises!

Pour tenter de démontrer que son client nest pas coupable, Me Martins a évoqué plusieurs pistes qui nont mené à rien, telle celle dune voiture qui a démarré en trombe le jour des faits et dont le propriétaire aime se déguiser en fille ou celle de gitans qui ont tenté denlever un enfant le jour même. Lavocat a aussi précisé que personne parmi les témoins na vu Ait Oud en compagnie des deux petites filles le jour des faits. Me Martins a évoqué une enquête manipulée ou adaptée aux circonstances et aux témoignages récoltés.

Spontanément


La défense a aussi rappelé que cest Abdallah Ait Oud qui sest présenté de manière spontanée à la police le 13 juin 2006 alors quil se savait recherché. Et si cétait vrai que, le soir des faits, il sétait vomi dessus et quil avait lavé ses vêtements?, a interrogé lavocat. Cette attitude dune personne présentée comme coupable interpelle.

Me Martins a soutenu que cest bien en escaladant un mur et non pas en arrachant des ronces le long de la voie ferrée quAit Oud sest écorché le dos. Lavocat sest ensuite attaché à démonter les expertises scientifiques telles que celle de lADN mitochondrial dont il estime les conclusions incertaines en termes de fiabilité. Pour les végétaux, il a évoqué dautres sites qui nont pas été analysés pour justifier la présence de végétaux sur les vêtements de laccusé. Pour les fibres, il a remis en cause la rigueur et la neutralité des expertises.

Je suis innocent


Lavocat a ensuite écarté les moyens de preuve avancés à la suite du test du polygraphe. Lexpert qui a réalisé ce test est indigne de la mission qui lui a été confiée, a lancé lavocat. En conclusion, Me Martins sest adressé à son client. Si cest vous, par respect pour les victimes, dites-le!, a-t-il lancé. Moi, je suis innocent, a répondu Ait Oud.

Avant Me Martins, Me Caroline Poiré sétait attachée à replacer laffaire dans son contexte et à développer quelques éléments de personnalité de laccusé. Elle a notamment évoqué une campagne de presse orchestrée contre Ait Oud et des dérives et violations dans linstruction. Abdallah Ait Oud a été présenté comme un parasite et un coupable idéal. Il est capable de commettre les faits mais il nen est pas coupable. Il faut cesser de le juger sur son passé. Le doute doit lui profiter. (7/7)

Réagir à cet article sur le forum

Après tant de dérives, Ait Oud na plus un procès équitable

09 juin 2008

Me Martins a provoqué ce lundi matin un incident daudience au début de la troisième semaine du procès dAbdallah Ait Oud.


Après divers incidents qui se sont produits durant la seconde semaine et notamment vendredi dernier, journée consacrée aux plaidoiries des parties civiles, la défense de laccusé estime que ce dernier na plus droit à un procès équitable et que les jurés ne sont plus à même de juger de manière sereine. Alors que lavocat général Marianne Lejeune devait prononcer son réquisitoire, Me Martins a réclamé la parole et a demandé à ce que soit actée une série dincidents qui, selon lui, conduisent à la conclusion que laccusé ne peut plus être jugé de manière sereine et équitable.

Vidéo sur RTL


Lavocat a dabord évoqué la diffusion par la chaîne de télévision RTL-TVi, dans son journal de vendredi, dune pièce à conviction du dossier relative au test du polygraphe auquel laccusé a été soumis durant lenquête. Lavocat a demandé à ce que le président Goux utilise son pouvoir discrétionnaire et instruise lincident avant le réquisitoire afin de savoir dans quelles conditions la chaîne sest fait remettre la pièce à conviction.

Publication controversée


Autre sujet qui concerne la couverture médiatique du procès, la publication dans la presse écrite des explications relatives au témoignage dun expert avant quil soit entendu par la Cour. Me Martins a relevé, de plus, que cet expert sétait exprimé hors audience et a réalisé des commentaires faisant état de la culpabilité de laccusé.

Pressions


La défense dAit Oud a aussi fait acter deux systèmes de pression qui auraient été effectués sur les jurés. Me Martins a soulevé que, lors de laudience de vendredi, Pol et Betty Marchal (les parents dAnn Marchal) se sont installés sur le banc des parties civiles à proximité des jurés. Ensuite, durant les plaidoiries des avocats, les parents des victimes ont exhibé des photos des victimes en direction des jurés. Lavocat a estimé quil sagissait de pressions et que les jurés ne pouvaient plus juger son client de manière sereine. Où va-t-on?, a commenté Me Martins. Je nai jamais vu autant de dérives dans un procès. Nous avons accepté de prendre la défense dAbdallah Ait Oud dans un procès difficile où depuis 2 ans il est présenté comme le coupable idéal. Mais après cette série de dérives, nous estimons quil nexiste plus aucune sérénité dans ce procès et que notre client na plus droit à un procès équitable.

Laudience a été interrompue pour permettre à toutes les parties de prendre position sur ces arguments. (belga/7sur7)


Mise à jour


Le président de la Cour dassises de Liège, Stéphane Goux, a prononcé ce lundi en début daprès-midi un arrêt écartant la demande formulée par le conseil dAbdallah Ait Oud de suspendre le procès et de faire procéder à des devoirs dinstruction. La Cour a estimé quaucune pièce à conviction navait été détournée du dossier dans le cadre de la publication de documents par certains médias, dont celui relatif au test du polygraphe subi par Abdallah Ait Oud. La Cour a également estimé quaucun trouble na résulté de la présence de la famille Marchal sur les bancs de la partie civile lors de la journée de vendredi et que la demande de la défense devait être écartée. Enfin, le président a constaté quil nexiste aucune violation de la présomption dinnocence par la manière dont le procès sest déroulé et notamment dans la manière dont il a été rapporté dans la presse. (belga)


Réagir à cet article sur le forum

Ait Oud nest pas le coupable idéal, cest le coupable!

08 juin 2008

Les parties civiles ont débuté leurs plaidoiries ce vendredi matin aux assises de Liège.


Durant presque trois heures, la maman de Nathalie, Catherine Dizier, a tenu sur ses genoux ou a brandi, les bras tendus vers le box de laccusé, un cadre contenant des photos noir et blanc des fillettes. Pendant presque trois heures, elle a défié laccusé du regard, ne baissant jamais les yeux. Dans son box, laccusé na pas bronché. A quelques reprises, il sest remué sur sa chaise. Mais la plupart du temps, il a gardé les bras croisés, regardant le plaideur et, dans le même axe de regard, la maman de Nathalie.

Regard de haine


Je suis stupéfait par sa voix douce aux accents sincères mais aussi par son absence démotion, même quand son regard croise celui des parties civiles, remarquera dailleurs Me Vincent Sauvage, le conseil de Didier Mahy. Abdallah Ait Oud, vous nêtes pas le coupable idéal; vous êtes le coupable!, a clamé Me Denis Drion, le conseil de Thierry Lemmens. Vous êtes coupable davoir donné la vision de votre regard plein de haine et de concupiscence comme dernière image aux deux petites filles, a-t-il ajouté. Pour Me Moureau, le conseil de Christiane Granziero, la culpabilité de laccusé ne fait non plus aucun doute. Ce nest pas parce quil ne peut ou ne veut avouer que ça doit générer le moindre doute, a-t-il remarqué, dénonçant le cynisme dun psychopathe qui ne peut pas rentrer dans son propre esprit pour savoir ce quil sest passé, et qui navouera jamais.

Ca lexcite!


Il est constitutionnellement incapable de se remettre en question et davouer. Lui qui ne peut pas admettre perdre au kicker par sa faute, comment pourrait-il avouer?, a-t-il souligné. Sans aveu de laccusé, les familles ne connaîtront pas le déroulement des faits.
Je suis donc contraint de vous raconter mon histoire; la version de mon intime conviction, a annoncé Me Moureau, décrivant les derniers moments des enfants qui ignoraient, alors quelles jouaient, que tout près delles, un homme sétait mis en chasse; un homme méchant; un pédophile récidiviste et psychopathe. Selon lui, lauteur a abordé les fillettes, quil avait auparavant repérées. Les petites filles, ça lexcite, ajoutera même Me Moureau. Il a proposé gentiment à Nathalie et Stacy daller voir des tortues et les a emmenées sans force dans un terrain vague. Quand Nathalie a voulu partir, ils les a empoignées par le bras, comme en témoignent les hématomes retrouvés sur le bras gauche de lune; sur le droit de lautre. Il les a traînées dans un endroit discret. Nathalie a crié. Il la assommée.

Irracontable


Et puis cest lhorreur, dira Philippe Moureau. Il a mis ses mains et a serré le cou de lenfant de 7 ans. Entre quelques secondes et quelques minutes, lair sest échappé et la petite Stacy est morte. Il a alors pu soccuper de Nathalie, mais ça, cest irracontable, a-t-il souligné. Depuis les faits de 2001, Abdallah Ait Oud a amélioré sa technique. Et si vous le relâchez, il laméliorera encore et brûlera les preuves scientifiques, ont prévenu les avocats des parties civiles. Le modus operandi de 2006 est cependant fort similaire à celui des faits de 2001, a remarqué Me Vincent Sauvage. Les deux fois, il a approché ses victimes grâce à un stratagème; demander sa route à la jeune fille de 14 ans en 2001, chercher des tortues en 2006. A deux reprises, il a assommé ses victimes. A deux reprises, il a commis des viols. Les deux fois, il a commis son méfait suite à une frustration; après avoir été traité de pédophile en 2001, après sêtre disputé avec sa compagne en 2006. Après les deux faits, il a disparu pendant plusieurs jours.

Erreur de diagnostic


Suite aux faits de 2001, Abdallah Ait Oud a été interné puis libéré 4 ans plus tard car un psychiatre a évoqué une erreur de diagnostic. La justice a laissé une grenade dégoupillée dans la société, a déploré Me Sauvage, avant de sadresser aux jurés et de citer le philosphe Edmund Burke: pour triompher, le mal n a besoin que de linaction de gens de bien. Vendredi après-midi, la cour entendra les plaidoiries de Mes Swennen et Henrard, les conseils de Mme Dizier; de Me Greffe, le conseil du demi-frère de Stacy et de Mes Balland et Delicourt, défendant les intérêts de lex-compagne de Thierry Lemmens. (7S7)

Réagir à cet article sur le forum

Ait Oud psychopathe mais pas dément

05 juin 2008

A première vue, on ne remarque aucune pathologie mentale


La cour dassises de Liège a poursuivi ce jeudi le procès à charge dAbdallah Ait Oud par laudition des experts psychiatriques. Selon eux, laccusé présente des traits narcissiques et psychopathiques mais nétait pas en état de démence au moment des faits.
Au premier abord, Abdallah Ait Oud est poli, correct, bien habillé, sexprimant bien, bien orienté dans lespace. « A première vue, on ne remarque aucune pathologie mentale », a souligné le neuropsychiatre, Philippe Schouteden. Mais laccusé révèle un caractère différent lorsquon évoque des faits qui le dérangent. Les experts évoquent alors son irritabilité. « Il est loquace et détaillé sur certains sujets, il est plus évasif ou ne souhaite pas répondre, sur dautres sujets », a remarqué la psychologue, Séverine Louwette, soulignant aussi « lautoritarisme » et la « méfiance » de laccusé, qui veut se montrer sous un jour favorable, en ne retenant que les éléments en sa faveur.
Ainsi, quand les faits de moeurs sont évoqués, laccusé préfère changer de sujet et dénoncer ses conditions carcérales. Les experts ont également noté une tendance à la déresponsibilisation et à attribuer les faits à dautres plutôt quà lui-même. Il justifie certains comportement par des éléments extérieurs qui ne lui sont pas imputables. Il utilise également sa toxicomanie comme « cause de justification ».



Victime de son charme


Abdallah Ait Oud, aux capacités intellectuelles moyennes mais au mauvais parcours scolaire, se dit aussi « victime de son charme » auprès des femmes. Lhomme, à la pensée rigide, manque de logique et de cohérence, a encore souligné la psychologue. Les experts ont remarqué quil ne fallait pas sattendre à une modification radicale dans la personnalité de laccusé. « On ne fait pas un stradivarius avec un vulgaire morceau de bois », a souligné M. Schouteden, notant labsence dintrospection de laccusé qui aurait des difficultés à suivre un traitement psychologique. Dautre part, la cour a également entendu un ingénieur de lAIDE qui a confirmé que le premier corps denfant avait été déposé dans le dévidoir le dimanche 11 juin, vers 5H du matin. Des perturbations ont en effet été constatées dans le débit à ce moment.

Ce jeudi après-midi, la cour entendra la famille de laccusé. (rtl)

Réagir à cet article sur le forum

3 Cheveux de Stacy dans le pantalon dAit Oud

4 juin 2008

Ces trois cheveux ne sont pas tombés de manière naturelle mais ont été arrachés de manière violente.


Seuls deux experts ont été entendus mercredi au cours de la 8e journée du procès dAbdallah Ait Oud devant la Cour dassises de Liège. Les experts de lINCC ont mis en évidence la présence de trois cheveux de la petite Stacy dans le pantalon que portait laccusé le jour des faits.

Cest à des experts de lINCC quont été confiées les analyses des différents cheveux et poils (complets ou de manière fragmentée) retrouvés sur les corps de Stacy et Nathalie ainsi que sur les vêtements que portait Abdallah Ait Oud le jour des faits. Des analyses microscopiques et génétiques ont été effectuées sur ces prélèvements. Les experts ont pu démontrer que trois cheveux qui présentent les mêmes caractéristiques que ceux de Stacy Lemmens ont été retrouvés dans le pantalon dAbdallah Ait Oud. Ces trois cheveux ne sont pas tombés de manière naturelle mais ont été arrachés de manière violente. Cette analyse tendrait à démontrer la thèse selon laquelle ces cheveux sont arrivés dans le pantalon dAit Oud lorsquil a agressé Stacy. (Le vif)


Réagir à cet article sur le forum

Stacy et Nathalie: Analyses de fibres

03 juin 2008

Des analyse de fibres défavorables à laccusé.


Les experts spécialisés dans les analyses de fibres de textiles ont confirmé que des contacts intenses ont eu lieu entre les vêtements portés par laccusé et les vêtements des deux victimes, Nathalie et Stacy.


Spécialiste de lanalyse des fibres auprès de lInstitut national de Criminalistique et Criminologie (INCC), lexpert Fabrice Gazon a rapporté les résultats dun long travail danalyse sur les vêtements des deux victimes et de ceux dAbdallah Ait Oud. Ces expertises visaient à mettre en évidence le type de contacts qui se sont produit entre les protagonistes. Plus de 4.000 heures de travail ont été nécessaires à analyser un total de 5.091 fibres prélevées sur lensemble des vêtements.
Fabrice Gazon a précisé que cette technique utilisée depuis 14 ans en Belgique est effectuée à la fois à charge et à décharge de laccusé. Des centaines de fibres sont généralement échangées lors de contacts entre différentes matières textiles. Lécoulement du temps est un obstacle important à cette analyse puisque plus de 90 pc des fibres échangées disparaissent généralement en 24 heures. Dans le cas du dossier Ait Oud, lexpert a estimé que 10 pc des fibres résultant déchanges ont pu être récupérées. Mais des fibres très spécifiques ont pu être mises en évidence.

Cest le pantalon dAbdallah Ait Oud, un jeans aux fibres déformées par la chaleur lors de sa production, qui a contaminé en plus grande partie les vêtements des deux victimes. On a retrouvé ce genre de fibres sur la face arrière du pantalon (285 fibres) de Nathalie Mahy et sur lavant du t-shirt (plus de 300) de Stacy Lemmens. Un grand nombre de transferts primaires sest réalisé. Selon lexpert, ces prélèvements indiquent un contact intense entre les vêtements des deux victimes et ceux quaurait porté Abdallah Ait Oud le jour des faits. Il est impossible davoir une telle concentration de fibres sans contact intense entre les vêtements attribués à Ait Oud et ceux portés par les fillettes, a précisé lexpert.
Lanalyse des fibres a aussi révélé un transfert important de fibres (102) entre une couette de lit appartenant à la compagne dAit Oud, les vêtements de ce dernier et les vêtements des deux fillettes. Deux fibres du pantalon de Nathalie Mahy ont également été retrouvées sur léponge avec laquelle Ait Oud a lavé ses vêtements. Une autre fibre de ce pantalon a aussi été retrouvée dans le slip de laccusé.

Linterprétation des conclusions de lexpert permet de démontrer le rôle important joué par Abdallah Ait Oud dans le transfert de ces fibres. Le nombre de fibres concordantes retrouvées sélève à 1.708 éléments. Cest un résultat très important, a précisé lexpert. Rares sont les cas où nous avons autant de types de fibres spécifiques dans les investigations menées dans une affaire. Des transferts croisés ont été mis en évidence, ce qui donne une valeur maximale à lindice des fibres. En fonction de lendroit de la découverte, de la rareté des fibres et des transferts constatés, nous attribuons une valeur maximale à ces concordances. Ces transferts résultent de contacts très intenses en pression et en durée. Le contact est dautant plus intense que le dernier contact est violent. Aucun autre type de contact aussi important et étranger à Ait Oud ne peut être mis en évidence.

Lexpert a conclu que ces résultats ne laissent plus de doute sur la violence des contacts entre les victimes et les vêtements dAit Oud. Ils ne peuvent sexpliquer par des contacts fortuits ou normaux. A lissue de ce témoignage, Ait Oud a souhaité prendre la parole. Lexpert navait pas lair crédible dans tout ce quil disait lorsque je lai rencontré, a-t-il soutenu tout en provoquant des rires dans la salle daudience. Il est devenu tout rouge quand je lui ai parlé des techniques de brûlage des vêtements. Il ma même dit quil faisait ses recherches uniquement sur Internet !. Lexpert a démenti ces allégations. (RTBF)


Réagir à cet article sur le forum

Cinquième jours de procès

30 mai 2008

Stacy et Nathalie sont mortes par étranglement.


La matinée du cinquième jour du procès dAbdallah Ait Oud a été consacrée vendredi aux auditions des médecins légistes devant la cour dassises de Liège. Les expertises ont démontré que Stacy Lemmens et Nathalie Mahy sont mortes étranglées. Il a également pu être démontré que Nathalie Mahy a été violée avant dêtre tuée.

Lors de cette journée consacrée aux expertises médico-légales, les parents des victimes nont pas souhaité assister à laudience et subir le contenu des rapports des experts. Seule Catherine Dizier, la mère de Nathalie Mahy, était présente dans la salle daudience pour écouter les médecins. Les jurés ont pu entendre en prélude aux dépositions des différents experts légistes le témoignage dun homme de la Protection civile qui était occupé dans les recherches des victimes le jour de la découverte des corps de Stacy et Nathalie. Cest cet homme qui a découvert le premier corps le 28 juin 2006. Les experts ont également livré une approximation concernant la date du décès des deux victimes, en tenant comptes des éléments relevés lors de la découverte des corps. Pour les deux fillettes, les médecins estiment avec un maximum de probabilités que les décès remontent entre 15 jours et trois semaines au moment de la découverte. Il est donc estimé que les décès de Stacy et Nathalie sont survenus entre le 7 et le 13 juin 2006.

la compagne de laccusé a toujours confiance en lui.


A la barre, Christelle raconte les dernières heure passées en compagnie de son fiancé le jour de la braderie puis son absence inexpliquée. Au moment de la disparition des fillettes, elle sert au café Les Armuriers. Cest pourquoi elle sera interrogée dans le cadre de lenquête. Cest à cette occasion quelle apprend les antécédents judiciaires dAbdallah Aït Oud. Et pourtant, le dimanche, quand elle sonne chez lui pour lavertir de ce que la police le recherche, elle se garde de lui en donner les raisons. Je venais dapprendre son passé dit-elle. Sagissant de petites filles, javais peur quil parte.

Depuis lors, elle connaît son histoire. Elle a pardonné. Et sur les faits qui lui sont aujourdhui reprochés, elle le veut innocent. Cela ne fait aucun doute : cette jeune femme de 22 ans est toujours amoureuse de laccusé. La teneur des courriers quelle lui envoie en prison en témoigne. Mais les sentiments quelle porte encore à celui qui est accusé de viol et dassassinat de deux petites filles, lamour quelle peut encore ressentir ne sont pas de nature à éclairer le dossier et participer à la manifestation de la vérité.

Une affaire de tortues :


Avant elle, la cour avait entendu une série de témoins. Et de ces auditions, les conclusions des avocats des familles sont sans appel : laccusé est un fieffé menteur.

Plusieurs groupes de jeunes gens, le vendredi du drame, ont été abordés en divers endroits par un individu au crâne rasé, qui a proposé daller dans des parcs ou sur des pelouses à la recherche de tortues de jardin pour les revendre. Les uns se sont moqués ; dautres se sont méfiés ; dautres encore, ont suivi le personnage. Il ne sest rien passé mais laccusation pense tenir le mode opératoire de lapproche du prédateur, il nie mais les adolescents lidentifient, parfois à 100%. Mais un grand gamin de 14 ans, affirme, je lai accompagné sans crainte parce que des gens comme lui, jen croise tous les jours.

Laffaire des tortues, est-elle lélément qui va confondre le prévenu ? Peut-être. Le conseil de lun des parents, arbore dailleurs une cravate avec quelques reptiles à carapace comme motifs. Mais parmi les témoins, les uns décrivent un homme en état débriété, bizarre, au regard jaune ; les autres, un type normal ; avec un T-shirt blanc, selon une fille ; un T-shirt noir, selon son amie. Allez donc savoir ….

Une lettre qui accuse R.V.


Cette lettre, signée R.A est parvenue au palais de Justice à lattention de lavocat. Annexée à une photo de laccusé, la lettre, rédigée en 6 points, stipule que celui-ci est innocent. La lettre signale que seule la petite Nathalie connaissait son agresseur et quil fallait donc chercher dans son entourage (famille et amis). Lauteur signale que les initiales de lauteur sont R.V. et que celui-ci était âgé entre 25 et 30 ans au moment des faits. auteur stipule aussi que les radiesthésistes permettent de retrouver certaines choses nen déplaisent à leurs détracteurs. Le courrier a été versé au dossier. (Belga/RTBF/Levif/7sur7)

Les policiers témoignent

27 mai 2008

Les policiers témoignent...


Deuxième journée devant la cour dassises de Liège du procès dAbdallah Aït Oud. Pour rappel, lhomme est accusé de lenlèvement, du viol et de lassassinat des petites Stacy et Nathalie . La matinée a été consacrée aux dépositions de 4 policiers de la cellule denquête, une déposition illustrée dimages projetées sur un écran géant. Une séance de diapositif en cour dassise, cest long comme une soirée de projection avec des amis de retour de vacances, mais cest quand même terriblement instructif. Les policiers ont, mardi matin, montré des images du torse du suspect, le jour de son arrestation, avec les griffures, les éraflures, les égratignures dans le dos et sur les bras, provoqué par un passage dans les taillis le long du chemin de fer, endroit de découverte des cadavres, peut-être.

Laccusé explique autrement ses plaies, parce que le lendemain de la braderie, il a voulu gagner lappartement de sa copine par larrière et quil a du traverser un terrain vague. Les enquêteurs ont multiplié les clichés des lieux pour démontrer lincohérence du récit, un jardin à labandon, un début de sentier, un tronc à demi couché pour escalader un premier mur, un second mur de faible hauteur, une cour intérieure, un couloir latéral avec une porte peut-être ouverte, et enfin lentrée du domicile de son amie.

Les photographies corroborent plutôt les déclarations du prévenu, encore répétées lors du premier interrogatoire. A une réserve près : les ronces et les orties ne dépassent guères la taille de 30 cm, pas de quoi se blesser au dessus de la ceinture.

Témoignages


Lors de son témoignage devant la Cour dassises de Liège au procès dAbdallah Ait Oud, Alain Remue, responsable de la cellule nationale des personnes disparues, a détaillé les opérations de recherches qui ont été effectuées dans le but de retrouver Stacy et Nathalie, disparues le 9 juin 2006 dans le quartier St-Léonard à Liège. Cest au terme du 18e jour de fouilles que les corps des deux victimes ont été localisés dans un caniveau longeant une voie de chemin de fer.

Lofficier responsable des fouilles a précisé que la cellule nationale des personnes disparues endosse un rôle dappui à une enquête tactique dans ce type daffaire. Plusieurs règles de base essentielles sont appliquées par les membres de la cellule de recherche. Chaque cas est abordé de manière individuelle afin déviter la routine. Généralement, les 24 premières heures sont cruciales pour recueillir un maximum de témoignages et pour maintenir les chances de retrouver les personnes vivantes.

Une autre règle est de ne jamais dire jamais, a expliqué Alain Remue. Tout est possible dans le genre de recherches que nous effectuons et aucune piste ne peut être exclue. Cest ainsi que les thèses de laccident, dun problème familial ou dune fugue ont aussi été abordées lorsque les disparitions de Stacy et Nathalie ont été signalées. Différents lieux ont été explorés, tels la Meuse, le Parc de la Boverie, le site de la Chartreuse, les Coteaux de la Citadelle de Liège, des terrains vagues, des maisons squattées ou des égouts.

Les thèses de laccident et de la fugue ont vite été écartées après quelques heures, laissant la place à une hypothèse criminelle. Au départ de lendroit où les deux fillettes ont été vues vivantes pour la dernière fois, la cellule nationale des personnes disparues a étendu ses recherches dans les zones estimées intéressantes. Cest après 18 jours de fouilles que les corps ont été retrouvés. Vers 10h30 le 18e jour des fouilles, nous avons dabord localisé le corps de Stacy, a expliqué Alain Remue. Ensuite, quelques heures plus tard, nous avons localisé le corps de Nathalie situé à 12,7 m de celui de Stacy.

Interrogé par les différentes parties à la cause, lenquêteur Remue a aussi précisé quun violent orage sétait produit le 19 juin, 10 jours après la disparition des deux fillettes et la date présumée de leur mort. Il nest pas exclu que les corps ont été déplacés de manière naturelle à cause de ces orages. Cette hypothèse a été confirmée par des essais réalisés avec des sacs de sable lors de lenquête. Enfin, les enquêteurs ont précisé que les deux fillettes avaient probablement été déposées au même endroit dans le caniveau, leur éloignement géographique au moment de leur découverte étant la conséquence de lorage survenu entre-temps.

Mercredi dès 09h00, la troisième journée du procès sera consacrée aux circonstances de lenlèvement des deux fillettes. La Cour entendra une série de témoins qui étaient sur place le jour de la Braderie organisée dans le quartier St-Léonard, là où Stacy et Nathalie ont été vues pour la dernière fois. Lorganisateur de la braderie, le patron de létablissement Les Armuriers, divers clients et témoins présents sur les lieux seront entendus le matin. Après-midi, les jurés pourront entendre les témoignages de Thierry Lemmens, le père de Stacy, et Catherine Dizier, la mère de Nathalie. (belga/RTBF/7sur7)

Réagir à cet article sur le forum

Stacy et Nathalie

26 mai 2008

Ouverture du procès Ait Oud devant la cour dassises de Liège.


Cette session de la cour dassises, très attendue en Belgique, est présidée par Stéphane Goux, qui avait déjà conduit les débats lors du procès à Arlon (sud-est) en 2004 du pédophile et meurtrier Marc Dutroux, qui avait écopé de la prison à vie. Abdallah Aït Oud est accusé davoir enlevé, dans la nuit du 9 juin au 10 juin 2006, Stacy Lemmens, 7 ans, et Nathalie Mahy, 10 ans, à la fin dune braderie organisée dans un quartier populaire de Liège.

Le procès a débuté par la constitution du jury. Cent personnes ont été appelées en tant que candidats jurés potentiels. Les familles des victimes assistent à ce premier jour de procès. Dans son box, le seul accusé, Abdallah Ait Oud, qui nie tous les faits qui lui sont reprochés, reste impassible. Vêtu dune chemise blanche et dun pantalon foncé, le crâne rasé, Abdallah Ait Oud a assisté au début du procès de manière très calme, les mains sur les genoux. Après la constitution du jury, la cour débutera la lecture dacte daccusation et linterrogatoire de laccusé. Laprès-midi sera consacrée aux auditions de la juge dinstruction, Pascale Goossens, et des enquêteurs. (Le Vif/AFP)

Réagir à cet article sur le forum

Abus sexuels sur ses petits enfants

21 mai 2008

Deux ans fermes pour abus sexuels sur ses petits-enfants.


En condamnant mardi E.R., 73 ans, à 4 ans de prison avec un sursis pour la moitié de la peine, la cour dappel de Bruxelles a réformé de fond en comble la décision du premier juge qui lavait acquitté. Lintéressé, qui a toujours nié toutes les accusations, a été reconnu coupable dattentats à la pudeur commis avec violences pendant près de 8 ans, sur ses trois petits-enfants. Les victimes étaient âgées, chacune, de 4 ans au moment des premiers abus. Les faits reprochés à E.R. ont été dévoilés indirectement par la cousine des enfants, beaucoup plus âgée queux.

Elle se présenta à la police, en 2003, pour manifester son inquiétude parce quelle venait dapprendre que ses cousin et cousines, ainsi que leurs parents, venaient de sinstaller au domicile de son grand-père. Le témoin a dit craindre que les viols et les attentats à la pudeur quelle a connus de la part du prévenu, pendant 5 ans, à partir de lâge de 7 ans, se reproduisent avec ses cousins. Le frère de cette jeune femme confirma les dires de sa soeur et précisa quil avait également subi des viols de la part du même abuseur. Deux autres cousins, encore, témoignèrent dans le même sens, concernant leur propre vécu.

Lune des victimes du présent dossier accusa son grand-père. Sa soeur déclara quelle navait pas envie den parler parce quelle avait peur et quelle ne voulait en parler à personne. La troisième petite fille a dit que le prévenu a fait des choses quil ne peut pas... je veux quil aille en prison. Par conséquent, la cour a estimé que le doute qui avait conduit le premier juge à acquitter le septuagénaire était exclu. Mais, en raison des bons antécédents judiciaires du prévenu - qui avait été légèrement condamné en 1973 pour un vol et un pour un recel - autorisaient loctroi dun sursis partiel. Il devra verser 28.500 euros aux victimes et sacquitter de tous les frais de la procédure, soit 740 euros. (belga/7sur7)



Réagir à cet article sur le forum

7 ans de prison pour un pédophile quadragénaire

08 mai 2008

Rencontré via internet quelques mois auparavant


Le tribunal correctionnel de Nivelles a condamné mercredi un pédophile quadragénaire, Pascal V., à 7 ans de prison ferme pour viol et attentat à la pudeur sur une jeune adolescente et pour détention dimages pédopornographiques. Une mise à la disposition du gouvernement pendant 10 ans a aussi été assortie à la peine et entrera en vigueur à lissue de celle-ci. Les faits avaient été révélés à la suite dune fugue de la victime en novembre dernier. Celle-ci avait alors expliqué avoir entretenu des relations sexuelles avec lhomme, rencontré via Internet, quelques mois auparavant alors quelle navait pas encore 14 ans.
Elle sétait même retrouvée enceinte à la suite dun rapport et avait dû se faire avorter. Sur les sites de rencontre, lindividu ne se présentait pas comme étant quelquun âgé de 40 ans. Après avoir convenu dune rencontre, le quadragénaire a emmené à plusieurs reprises la jeune fille chez lui durant la nuit en vue davoir des rapports sexuels.

Chantage


Consentante au départ, ladolescente avait rapidement marqué son refus en raison de lâge du prévenu mais aussi parce que celui-ci exigeait des rapports non protégés. Afin de garder ladolescente sous son emprise, lhomme avait dès lors exercé une forme de chantage en menaçant de tout dire aux parents de la jeune fille si elle ne se laissait pas faire. Finalement, ladolescente révélera elle-même la nature de la relation. Sur base de ces informations, Pascal V. a été appréhendé. Lors dune perquisition à son domicile, du matériel pédopornographique a été trouvé, de même quune lettre damour dune autre adolescente. En fouillant son passé, les enquêteurs ont également découvert que lhomme était coutumier de voyages en Thaïlande. Il était aussi connu de la justice pour des faits de moeurs. En janvier 1998, il avait déjà été condamné à 2 ans de prison pour exhibition, attentat à la pudeur et le viol dune Polynésienne de moins de 14 ans. Les experts psychiatres avaient eux-mêmes décelé linexistence dune remise en question de lintéressé.


Réagir à cet article sur le forum

Mis en examen

21 février 2008

Lavocat de victimes de Marc Dutroux mis en examen


ex-avocat de trois familles belges dont les filles furent des victimes du tueur en série Marc Dutroux a été mis en examen à Liège pour détention de photos et de films pornographiques à caractère pédophile. Le nom de Me Victor Hissel est apparu au fil dune enquête mondiale qui a déjà permis larrestation dune centaine de personnes et lidentification, dans 19 pays, de 2 500 clients réguliers de sites Internet comportant des images denfants abusés sexuellement.

Me Hissel, mis en examen il y a quelques jours, serait passé aux aveux mardi 19 février, selon certains quotidiens. Il aurait évoqué des problèmes personnels, et peut-être médicaux, pour justifier le fait quil avait acquis des images de pornographie enfantine. Il aurait reconnu ne pas avoir consulté par hasard les sites.

Cette mise en examen suscite un émoi considérable en Belgique, compte tenu de la personnalité de lintéressé. Après la découverte des crimes de Marc Dutroux, en 1996, Me Hissel fut un ardent défenseur de la thèse selon laquelle le tueur agissait pour un réseau.

La vaste enquête Koala sur les réseaux pédophiles a commencé en Australie, lorsque la police de ce pays a identifié, en 2006, deux jeunes victimes de viols figurant sur des films. Il sagissait de fillettes de 9 et 11 ans originaires de Bruges, en Belgique. Leur père abusait delles en les filmant et diffusait ensuite les images. Son arrestation, en juillet 2006, a permis le démantèlement dune vaste filière animée par un photographe habitant Ferrare, en Italie.

PÈRE VIOLEUR


Cent cinquante films de viols denfants furent saisis chez lui alors que plusieurs millions dimages furent trouvées au niveau mondial. Une trentaine denfants victimes ont été identifiés jusquici.

Mardi, le tribunal correctionnel de Bruges a condamné à la peine maximale prévue par le droit belge le père violeur, âgé de 37 ans. Il devra purger une peine de dix ans de prison et le tribunal a prévu quil serait ensuite mis, pendant dix années, à la disposition du gouvernement. Pendant cette période, il pourra être maintenu en détention, sauf si des experts concluent quil nest plus dangereux. (Le Monde)

Réagir à cet article sur le forum

En aveux!!!

19 février 2008

Lavocat des petites inculpé et en aveux.


Victor Hissel a bien dû reconnaître posséder des photos à caractère pédo-pornographiques

LIÈGE Il a beau affirmer quil nest au courant de rien, quil ne sait pas ce quon lui reproche et clamer son innocence, Victor Hissel a été inculpé, le 14 février, de possession dimages pédo-pornographiques.

Apparemment, lhomme nen menait dailleurs pas large lors de son audition qui sest soldée par son inculpation en vertu du code 383 bis, paragraphe 2. Ainsi, après de longs moments dinterrogatoires, il a fini par reconnaître les faits.

Ainsi, depuis des mois, voire plusieurs années, lhomme, avocat des petites Julie et Mélissa, a sciemment détenu quelques images mettant en scène des enfants. Il faut dire que, devant les enquêteurs (devant les médias, cest autre chose...) il na pas pu faire autrement, son ordinateur, saisi lors dune perquisition la semaine dernière, ayant, en partie, livré ses secrets.

Ainsi donc plusieurs photos ont été découvertes et si on est arrivé jusquà lui, cest parce que son adresse Internet personnelle a été relevée sur un site spécialisé diffusant ces images immondes.

Comme on le lira ci-dessous, tout commence en effet en Australie où les policiers ont réussi à identifier des milliers de personnes se connectant sur un site pédophile.

Toutes ces adresses ont été communiquées aux forces de police. Le parquet fédéral belge a donc été averti et a envoyé dans chaque parquet du pays, les identités des personnes concernées. Ainsi, à Liège, quatre personnes dont Me Hissel ont été interrogées et inculpées.

Lenquête nest pas terminée pour autant. Car, sil est établi que Me Hissel possédait des images pédophiles, il faut déterminer sil les a diffusées, même si les éléments actuels de lenquête tentent à démontrer quil gardait ces images pour son usage exclusif. (dh)

Réagir à cet article sur le forum

Mtre Victor Hissel inculpé ?

18 février

Lavocat de Julie et Melissa inculpé.


Lavocat liégeois Me Victor Hissel a été inculpé de détention de matériel photo et vidéo à caractère pédo-pornographique, annonce lundi matin Vivacité. Me Victor Hissel avait défendu les familles Russo et Lejeune ainsi que les Comités blancs lors de léclatement de laffaire Dutroux en 1996.

Son inculpation intervient dans la foulée de lopération internationale Koala qui prend sa source en Australie et qui a conduit chez nous à larrestation dun père de famille brugeois. Ce dernier mettait sur la toile la mise en scène des relations sexuelles quil imposait à ses propres filles de 6, 8 et 10 ans. Lopération a permis didentifier une liste dadresses informatiques qui ont été passées au crible. Lavocat liégeois se trouvait derrière lune delles. La division de la police fédérale chargée en criminalité informatique va maintenant éplucher le disque dur de son ordinateur pour tenter de voir si Me Hissel sest simplement connecté sur certains sites où sil a échangé des fichiers avec dautres internautes. (GFR - Belga)

Réagir à cet article sur le forum

5 ans de prison

15 février 2008

Cinq ans de prison pour un pédophile qui avait menacé une adolescente.


Le tribunal correctionnel de Hasselt a condamné vendredi par défaut un habitant de Beringen à cinq ans de prison pour harcèlement, menaces et diffusion de pornographie enfantine. La victime est une adolescente de 14 ans.

Le 1er septembre dernier, sa mère a porté plainte, indiquant que sa fille était menacée par un homme quelle avait connu via des chats. Il avait par le passé réclamé cinq photos de ladolescente nue, indiquant quil la laisserait ensuite tranquille.

Malgré lenvoi des photos, il est revenu à la charge fin août. Il a téléphoné à ladolescente, demandant quelle vienne chez lui pour un strip tease. Il a menacé de diffuser les photos de nu sur internet si elle ne sexécutait pas. Il aurait également dit quil la détruirait.

Après la plainte, lhomme a été démasqué. La police a saisi son ordinateur, des CD-roms et des DVD. Un total de 34 petits films pornographiques à caractère pédophile a été découvert sur le disque dur de son ordinateur. Il a reconnu avoir vendu les photos de nu de ladolescente à trois personnes.

Le psychiatre qui a examiné le prévenu a estimé quil était dangereux.

Le prévenu devra verser 6.500 euros de dommages et intérêts à la victime et à sa mère (RTL info)

Fin de cavale

07 février 2008

Arrêté pour agressions sexuelles.


Condamné à la perpétuité pour avoir tué une fillette à Liège, il sétait évadé. Il a été arrêté pour agressions sexuelles.

Son voisin ? Un pédophile ? Josette en est encore toute secouée. Je ne comprends pas, cétait quelquun de normal, raconte-t-elle avec un certain plaisir. Il passait devant ma porte quand il allait faire ses courses. On se disait bonjour. Je lui donnais même des croquettes pour son chien.

La semaine dernière, son si courtois voisin a été extradé vers la Belgique, son pays dorigine. Remis par la justice française à la police belge. Son nom : Georges Vincent. En 1985, cet homme, aujourdhui âgé de 51 ans, avait été condamné à la perpétuité. Reconnu coupable pas la cour dassises de Liège du meurtre dune fillette : Véronique Petit, 10 ans, sans doute abusée avant dêtre précipitée dans les eaux dun canal et de se noyer. Georges Vincent passe 15 ans derrière les barreaux de la prison de Lantin. En 2000, lors dun congé pénitentiaire, il se fait la belle.

Un peu abîmé par lalcool


Cest le début dune cavale à travers lEurope. La Suisse, lEspagne, le Sud-Est de la France, il a pas mal voyagé, raconte aujourdhui son avocate, Me Fagot-Bidou. Dans le Gard, il rencontre un couple de restaurateurs qui le prend sous son aile. En 2005, il suit ses protecteurs dans le Lot-et-Garonne, à Cancon, village de 1 400 âmes. Il ne se cachait pas et vivait sous sa véritable identité, précise celle qui fut son défenseur. Les pages jaunes en témoignent encore : un nom, une adresse, un téléphone. Il était très discret, raconte aussi Jean-Claude Gouget, le maire de cette capitale de la noisette. Tellement discret que je ne lai jamais vu. Il est plutôt quelconque physiquement, poursuit son avocate. Pas très grand, les cheveux blancs, faisant plus vieux que son âge, le physique un peu abîmé par lalcool...

En 2006, Georges Vincent est rattrapé par son passé. Il est arrêté pour agression sexuelle sur un garçon de 14 ans. Un gamin de Cancon un peu seul, dont il soccupait, détaille Me Fagot-Bidou. Il lui faisait faire ses devoirs, passait beaucoup de temps avec lui. Garde à vue, mise en examen. Selon son avocate, Georges Vincent feint linnocence expliquant que cest la première fois quil est arrêté pour de tels faits. Le juge dinstruction obtient son dossier judiciaire belge. Lhomme est sous le coup dun mandat darrêt européen.

Georges Vincent est condamné à deux ans de prison. Direction la maison darrêt dAgen. Le 31 janvier 2008, sa peine purgée, il a été remis à ses compatriotes policiers. Retour à la case départ pour lui : les murs de Lantin. Son voisin ? Un pédophile. Josette a toujours du mal à y croire. Cest quelquun qui avait lair gentil. Mais cest vrai quil était un peu renfermé... (TF1)

Réagir à cet article sur le forum

Abbé condamné pour pédophilie

01 février 2008

Labbé Borremans condamné pour pédophilie.


Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné ce mardi labbé Robert Borremans, 54 ans, à 5 ans de prison, dont trois avec sursis, pour des viols et des attentats à la pudeur commis sur un jeune garçon, pendant 7 ans, entre 1994 et 2001. La victime était âgée de 11 ans au moment des premiers abus.

Mariage de Philippe et Mathilde


Le prévenu sétait fait connaître du grand public en dirigeant les choeurs lors de la célébration du mariage du prince Philippe avec la princesse Mathilde, le 4 décembre 1999. A cette occasion, plusieurs personnes sétaient émues de sa présence lors dun événement aussi important, alors quil faisait déjà lobjet de poursuites judiciaires dans des dossiers de moeurs.

Acquittement


Un premier dossier relatif à deux attentats à la pudeur sur des mineurs a abouti à un acquittement devant la cour dappel de Bruxelles, voici quatre ans, les juges ne retenant quun outrage public aux moeurs. Labbé Borremans a par ailleurs bénéficié dune simple déclaration de culpabilité dans un dossier financier.

Grave trouble


Dans leur jugement prononcé ce mardi, les magistrats ont indiqué que la peine tient compte de la gravité des faits et du trouble quils ont suscité chez la victime, ainsi que chez ses proches, tous trahis dans la confiance quils accordaient à leur ami et confident de longue date et dont il nétait pas permis de douter un seul instant de lhonorabilité et de la probité.

Conscient de sa pédophilie


Et le tribunal de poursuivre: Le prévenu, diplômé comme ingénieur, philosophe et théologien, nanti de responsabilités au sein de lEglise catholique, conscient depuis lâge de 30 ans de son attirance sexuelle envers les mineurs dâge, mis en garde par léquipe de SOS Enfants dès 1993, na aucunement tenu compte de ces signaux dalarme et a préféré, égoïstement, assouvir ses pulsions.

Pas de remise en question


Les magistrats ont stigmatisé labsence de remise en question chez labbé Borremans, de regret et de compassion pour la partie civile livrée à ses angoisses existentielles.

Traitement


Le sursis probatoire octroyé au prévenu est conditionné par des consultations obligatoires auprès du CAB, le Centre dappui bruxellois, chargé de lévaluation et de lorientation des abuseurs sexuels, et le suivi du traitement préconisé auprès du psychothérapeute, et ce, aussi longtemps que celui-ci lestimera nécessaire. Labbé Borremans devra aussi éviter tout contact avec des mineurs dâge, tant dans sa vie privée que dans sa vie professionnelle.
Le prêtre devra encore verser 11.700 euros à la victime et à ses parents. (7sur7)

Stop Child Porno

16 décembre 2007

Child Focus lance un nouveau site web contre la pédopornographie.


Le site www.stopchildporno.be fournit des informations sur la pornographie enfantine sur le net et se veut le point de contact civil belge pour dénoncer les images denfants abusés sexuellement trouvées sur internet, annonce mardi Child Focus dans un communiqué. Child Focus rappelle que toute image à caractère pédopornographique prouve quun enfant a été victime dun abus sexuel. Interpol dispose dune base de données mondiale de 520.000 enfants ayant subi ce genre dabus. Seuls 600 dentre eux ont pu être identifiés, poursuit la Fondation, pour qui la sensibilisation du grand public à cette problématique est dès lors capitale.

Le nouveau site propose notamment, outre les multiples informations, un formulaire de signalement plus logique et plus simple à utiliser. Les internautes qui le souhaitent peuvent également garder lanonymat lors dun signalement et être informés de la suite donnée à laffaire dénoncée. Dans les prochains jours, stopchildporno.be sera en outre directement accessible via des boutons placés sur des sites. Le nouveau site bénéficie du soutien financier de lUnion européenne, dans le cadre du programme Safer Internet Plus. (belga)

Réagir à cet article sur le forum

Un belge à lorigine de lopération

02 novembre 2007

Cest larrestation dun pédophile belge, il y a un an, qui a mené à la vaste opération de police contre les milieux pédophiles, qui a visé cette semaine près de 2.500 personnes dans un grand nombre de pays de lUnion européenne, dont la Belgique.


Quarante perquisitions ont été effectuées en Belgique et au moins un homme, un enseignant, a été placé sous mandat darrêt par la justice bruxelloise, précisent les quotidiens flamands. Il aurait abusé de ses enfants et a été surpris au lit avec une de ses filles lors des perquisitions. Le pédophile brugeois avait aménagé, dans la cave de sa maison, un petit studio où il filmait les abus quil faisait subir à ses propres filles, mineures dâge. Il prêtait aussi ses enfants à des tiers et diffusait des images pédopornographiques sur internet. Les images ont été découvertes par la police australienne, qui a pu identifier leur auteur et les victimes. Lenquête a mené les enquêteurs vers un Italien pédophile, qui possédait de nombreux contacts avec dautres pédophiles au niveau international. Son carnet dadresses électronique a permis de mettre au jour un vaste réseau déchange dimages pédophiles dans les 27 pays membres de lUnion européenne. Les services de police internationaux ont accumulé dans leurs banques de données quelque 520.000 images denfants abusés, diffusées sur internet. La trace de quelques centaines dentre eux seulement a pu être remontée(selon agence Belga et agence Tass)

Réagir à cet article sur le forum

Étudiant belge arrêté.

03 octobre 2007

22 ans, étudiant en informatique hobby: Pédophile.


Pour la première fois en Belgique, les autorités ont appréhendé un étudiant pour diffusion de pédopornographie par internet. Létudiant de 22 ans, en première année dinformatique appliquée, mettait en ligne depuis son kot à Louvain des images particulièrement choquantes. Cest la Computer Crime Unit qui a trouvé son site sur internet. La police a effectuée une descente dans son kot détudiant vendredi soir.

Les images du site.


Le pédophile proposait sur son site des photos et des vidéos dabus denfants. Ces images, très difficile à soutenir du regard, montrait des bébés victimes dabus sexuels. Une centaine de clients étranger visitait son site régulièrement. Son site était hébergé depuis la Scandinavie.

Computer Crime Unit.


Cest le premier site internet découvert en Belgique à partir duquel est diffusé des images à caractère pédophile. Des sites web ont déjà été découvert ou dénoncé dans le passé mais ils étaient tous basés à létranger. Les données sur les personnes fréquentant le site ont été envoyé aux autorités des pays concernés.


Réagir à cet article sur le forum

Source Belga - Merci à Fanny G. pour linfo.


Copyright © 2007-2008. Tous droits réservés.Contactez lauteur à infoskidnapping.be